Il y a trente ans, l’artiste Suisse Klaus Littmann a découvert un dessin intitulé « L’attraction infinie de la nature ». Le dessin, de l’artiste et architecte autrichien Max Peintner, illustre une étrange scène dystopique dans laquelle la nature n’existera plus que comme objet d’exposition. Étant donné que nous perdons actuellement 75600 kilomètres carrés de forêts chaque année, le dessin de Max Peintner était pour le moins préscient. Cela a immédiatement touché Klaus Littmann.

Tout cela a aussi devenu tristement tendance et a pris une toute autre dimension avec les feux qui détruisent progressivement la forêt Amazonienne.

Klaus Littmann plante une forêt dans un stade de 30 000 personnes

Le cheminement de Klaus Littmann

« Quand j’ai vu le dessin au crayon pour la première fois en 1970, j’étais fasciné. Je savais qu’un jour, cette œuvre serait le point de départ d’un projet artistique majeur dans l’espace public. » ; explique Klaus Littmann.

Des décennies plus tard, Klaus Littmann a concrétisé cette vision avec l’installation de FOR FOREST : l’attraction infinie de la nature. Brouillant les frontières entre l’art, l’architecture et la nature, l’installation consiste en une forêt originaire d’Europe centrale installée au milieu du stade de football Wörthersee à Klagenfurt. Il y a près de 300 arbres plantés, pesant jusqu’à six tonnes chacun. C’est la plus grande installation d’art publique d’Autriche à ce jour.

Klaus Littmann plante une forêt dans un stade de 30 000 personnes 1

L’installation FOR FOREST : l’attraction infinie de la nature

L’échelle et la nature de l’œuvre rappellent certains des moments les plus monumentaux du mouvement Land Art/Earthworks des années 1960 et 70, au cours desquels des artistes se sont sortis des galeries pour créer des œuvres sur le thème de l’écologie. Je pense notamment à la Spiral Jetty et à Floating Island de Robert Smithson.

Mais face à la crise climatique et à la déforestation rampante, FOR FOREST présente une urgence plus pressante. Comme expliqué dans une déclaration à propos de l’installation. « FOR FOREST s’attache à défier notre perception de la nature et à interroger son avenir. Il vise à devenir un mémorial, rappelant que la nature, que nous prenons souvent pour acquise, peut un jour, on ne le trouve que dans des espaces spécialement désignés, comme c’est déjà le cas chez les animaux dans les zoos. « 

 une forêt dans un stade de 30 000 personnes

Création et composition

La création a été supervisée par l’architecte paysagiste Enzo Enea et son entreprise Enea Landscape Architecture. On y retrouve des espèces telles que le bouleau argenté, l’aulne, le tremble, le saule blanc, le charme, l’érable champêtre et le chêne commun. Ayant ouvert ses portes le 8 septembre, on peut l’imaginer attirant déjà des créatures surprises et heureuses sur le terrain.

Hélas, l’installation n’est pas permanente et se terminera le 27 octobre. Dans une courte vidéo sur l’œuvre, Klaus Littmann indique que son objectif n’a jamais été de faire quelque chose qui durerait indéfiniment. « Mon objectif est que cette image reste dans la tête des gens pour une vie. »

Heureusement, cependant, la forêt trouvera une maison pour toujours lorsqu’elle sera transplantée dans un parc public à proximité. Il n’y a peut-être plus de stade l’entourant, mais il fera partie du paysage et prendra une vie à part, sans spectateurs.

 

En savoir un peu plus sur Klaus Littmann

Klaus Littmann vit et travaille à Bâle. Il a étudié à la Kunstakademie de Düsseldorf, où ses professeurs comprenaient Joseph Beuys, et a ensuite établi sa réputation de créateur et de médiateur indépendant de l’art contemporain. À ce titre, il s’est fait connaître en tant qu’initiateur et organisateur d’expositions individuelles et collectives, se concentrant par la suite sur la planification et la réalisation d’expositions d’art thématiques et d’interventions dans des espaces publics.

Chacun de ses projets complexes et uniques reflète la tension dichotique résultant de l’engagement de l’artiste dans la culture de tous les jours et de la confrontation de l’art contemporain avec les espaces urbains.

Klaus Littmann et Max Peintner au Wörthersee stadium à Klagenfurt

Klaus Littmann et Max Peintner au Wörthersee stadium à Klagenfurt

Le dessin de Max Peintner

Comme je vous le disais, FOR FOREST : l’attraction infinie de la nature, a été réalisé sur la base des plans artistiques de Klaus Littmann, inspirés d’un dessin de l’artiste autrichien Max Peintner. Dans le dessin au crayon de Max Peintner intitulé «L’attraction infinie de la nature» la menace pour notre environnement naturel ne se traduit pas par un doigt incriminant, mais plutôt par une expérience de pensée. Imaginez un temps où les forêts n’existeront plus comme objets d’exposition! Avec cette idée, l’auteur se montra très en avance sur son temps.

Après tout, la disparition des forêts du monde n’était devenue un sujet d’intérêt public plus large que dans les années 1980. Au fil des ans, le dessin est devenu une icône qui fait réfléchir bien au-delà du domaine des beaux-arts. Il a fait son chemin dans plus de 20 manuels en langue allemande et fait l’objet de nombreuses publications internationales. Ainsi, dans l’intervalle, le message de grande portée de l’image a donné de multiples impulsions à la philosophie, à la socioculturelle, à la biologie, à l’écologie, à l’anthropologie et à la littérature.