Dark Light
Comment choisir le meilleur luminaire design à installer dans votre intérieur ? Voici une liste des meilleures créations de designers contemporains.

Comment choisir le meilleur luminaire design à installer dans votre intérieur ? La façon dont nous éclairons nos espaces de vie est en train de subir une transformation radicale. Les designers contemporains associent la nouvelle technologie intelligente à une esthétique brillamment audacieuse.

La dernière technologie LED, ou diode électroluminescente, est si discrète que sa présence est presque indiscernable. Associez-la à des formes architecturales et à des matériaux glamour, comme le verre soufflé à la bouche et les métaux brunis, et il est facile d’ajouter de l’ampleur et un sens de la narration à n’importe quelle pièce.

J’enfile donc ma casquette de blogueur déco pour vous présenter cette petite sélection de luminaires. Parfaits pour décorer votre intérieur, ces lampes design devraient vous plaire !

 

Le luminaire design Eclipse de Lee Broom

L’éclairage innovant et primé de Lee Broom, basé à Shoreditch, comprend Eclipse, une suspension ou un lustre à plusieurs niveaux, dont les pièces en or ou en chrome polies miroir interagissent avec des disques en acrylique dans une cascade de lumière réfléchie.

Tout aussi attrayantes sont ses lampes modulaires Orion, avec des sphères et des tubes aux finitions contrastantes opaques et solides en or poli ou en bronze.

suspension Eclipse de Lee Broom

La série Arrangements de Michael Anastassiades

Parmi les idées brillantes de Michael Anastassiades basé à Londres, figure la série Arrangements, dans laquelle des formes linéaires et géométriques émettent une lumière diffuse. Chaque composant de cette suspension design étant relié pour créer un ensemble personnalisable.

série Arrangements de Michael Anastassiades

Le luminaire design Leaf Fall de Katharine Pooley, Martin Kemp et Candy&Candy

Les grands architectes d’intérieur Katharine Pooley, Martin Kemp et Candy&Candy se sont rendus à Haberdashery, pour des installations sur mesure telles que Leaf Fall. Ce luminaire est composé de feuilles de porcelaine naturelle qui semblent tomber du plafond, soufflées par la brise.

Katharine Pooley, Martin Kemp et Candy & Candy

Introvert Extrovert

Pour moi, les plus architecturales sont les sont les suspensions Introvert Extrovert avec leurs formes elliptiques éclairées. L’Introvert a une lumière blanche tournée vers l’intérieur et projetée à travers un cercle interne tournant librement, tandis que l’Extrovert émet une lumière rose/orangée rayonnant vers l’extérieur.

suspension Introvert Extrovert

Les luminaires design de Hand & Eye

Hand & Eye, un studio du sud-est de Londres fondé par Thomas Housden et Alex Johnen, s’est également fait un nom. Ses designs épurés et sobres séduisent ceux qui recherchent des accroches modernes et peu compliquées à des prix accessibles. Le accepte également les commandes sur mesure. Des appliques murales, sont aussi disponibles dans cette collection.

luminaires design de Hand & Eye

Les luminaires design Harlow et Luna de Gabriel Kakon et Scott Richler

Des lampes suspensions audacieuses faites à la main à Montréal par les beaux-frères canadiens Gabriel Kakon et Scott Richler sont exposées dans leur salle d’exposition de Mayfair. Gabriel Scott.

Harlow a un design en forme d’étoile est inspiré par les bijoux. Luna, un lustre modulaire en laiton et verre soufflé est tout aussi incroyable.

Harlow et Luna de Gabriel Kakon et Scott Richler 1 Harlow et Luna de Gabriel Kakon et Scott Richler

Le luminaire design Bolle de Gallotti & Radice

Go Modern, à King’s Road, présente des créations de la marque italienne Gallotti & Radice. Le lustre Bolle, est composé de sphères en verre soufflé suspendues à un cadre en laiton bruni à la main.

Bolle de Gallotti & Radice

Sun-Light of Love de Tord Boontje

La marque italienne Foscarini a produit la lampe Sun-Light of Love du designer londonien Tord Boontje. En blanc ou en or, elle comporte 390 “rayons” directionnels disposés de manière à faire écran ou à réfléchir la lumière. Fabriqué en acier et en aluminium recouvert d’un liquide, il émet une lumière douce et diffuse tout en éclairant les surfaces en dessous.

Sun-Light of Love de Tord Boontje

Le luminaire design Breck Heather d’Annemarie O’Sullivan

Pour un look tactile et organique, la lampe Breck Heather d’Annemarie O’Sullivan, fabriquée à partir de fagots de paille de bruyère assemblés sur un cadre métallique, se trouve sur le site The New Craftsmen. Alexander White défend également les matériaux naturels dans sa lampe sculpturale “Michael Cane”, fabriquée à partir de rotin tissé. Parfaite pour un salon ou une salle à manger.

Breck Heather d'Annemarie O'Sullivan

X-Tall Palm Bubble de Pelle

La nature inspire également le studio new-yorkais Pelle, co-fondé par Jean et Oliver Pelle. Des coquelicots en papier de coton moulé et coloré décorent le Lure Post. Sa structure en bronze est éclairée par de minuscules LED. Le lustre X-Tall Palm Bubble présente des globes en verre peints à la main avec des feuilles de palmier.

Enfin, Nana Lure, avec des feuilles de bananier géantes en papier moulé, colorées et peintes à la main, peut être commandé comme luminaire debout ou suspendu. Suspensions, appliques, lampes à poser sont disponibles dans cette collection.

X-Tall Palm Bubble Pelle

Un peu d’histoire …

En 1802, Humphry Davy a inventé la première lampe électrique. Il expérimente l’électricité et invente une pile électrique. Lorsqu’il a connecté des fils à sa batterie et un morceau de carbone, le carbone a brillé. Produisant de la lumière.

Son invention fut connue sous le nom de lampe à arc électrique. Et bien qu’elle produise de la lumière, elle ne la produit pas longtemps et est beaucoup trop brillante pour un usage pratique.

Au cours des sept décennies suivantes, d’autres inventeurs ont également créé des “ampoules électriques”. Mais aucun modèle n’est apparu pour une application commerciale. Plus particulièrement, en 1840, le scientifique britannique Warren de la Rue a enfermé un filament de platine enroulé dans un tube à vide. Il y a fait passer un courant électrique.

La conception était basée sur l’idée que le point de fusion élevé du platine lui permettrait de fonctionner à des températures élevées et que la chambre sous vide contiendrait moins de molécules de gaz pour réagir avec le platine. Améliorant ainsi sa longévité. Bien qu’il s’agisse d’une conception efficace, le coût du platine le rendait peu pratique pour une production commerciale.

En 1850, un physicien anglais du nom de Joseph Wilson Swan a créé une “ampoule” en enfermant des filaments de papier carbonisé dans une ampoule de verre sous vide. En 1860, il disposait d’un prototype fonctionnel. En 1878, Swan a mis au point une ampoule plus durable utilisant un fil de coton traité qui éliminait également le problème du noircissement précoce des ampoules.

Avant le luminaire design ... il y avait Edison

Avant le luminaire design … il y avait Edison

Le 24 juillet 1874, un brevet canadien a été déposé par un électricien médical de Toronto nommé Henry Woodward et un collègue Mathew Evans. Ils construisirent leurs lampes avec des tiges de carbone de différentes tailles et formes.

Elles étaient maintenues entre des électrodes dans des cylindres de verre remplis d’azote. Woodward et Evans tentent de commercialiser leur lampe, mais sans succès. Ils finirent par vendre leur brevet à Edison en 1879.

En 1878, Thomas Edison a commencé des recherches pour développer une lampe à incandescence pratique. Le 14 octobre 1878, Edison a déposé sa première demande de brevet pour “l’amélioration des lampes électriques”. Cependant, il a continué à tester plusieurs types de matériaux pour les filaments métalliques afin d’améliorer sa conception originale.

Ainsi, le 4 novembre 1879, il a déposé un autre brevet américain pour une lampe électrique utilisant “un filament ou une bande de carbone enroulé et connecté … à des fils de contact en platine”.

Bien que le brevet décrivait plusieurs façons de créer le filament de carbone, notamment en utilisant “des fils de coton et de lin, des éclisses de bois, des papiers enroulés de diverses manières”, ce n’est que plusieurs mois après la délivrance du brevet qu’Edison et son équipe ont découvert qu’un filament de bambou carbonisé pouvait durer plus de 1200 heures.

Cette découverte a marqué le début de la fabrication commerciale d’ampoules électriques et en 1880, la société de Thomas Edison, Edison Electric Light Company, a commencé à commercialiser son nouveau produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Contacté par Tendance Ô – France Ô

Dernièrement, j'ai été contacté par la rédactrice en chef de l’émission Tendance Ô sur France Ô. Cette dernière était à la recherche d'un blogueur pour participer à l'émission dans le cadre de notre rubrique " J'ai testé pour vous". Après quelques échanges téléphoniques et quelques emails, rendez-vous était pris.