5 changements alimentaires intéressants pour aider la planète
Urbex Définition et Présentation
tarte croustillante carottes-mimolette-cumin
Search Menu

5 changements alimentaires intéressants pour aider la planète

Exploration Urbaine – L’attrait des villes désertes, des bâtiments et lieux abandonnés

Avis Recettes et Cabas – Test du site qui vous livre des paniers prêts-à-cuisiner !

Dark Light

Aujourd’hui, je vais vous parler de changements alimentaires. Je vais vous montrer à quel point, quelques petits changements peuvent faire la différence ; le tout, sans trop se priver.

La plupart des gens prennent trois repas par jour. Ce qu’ils choisissent de manger pour ces repas a un impact important sur la Terre. Cela détermine les besoins en cultures, en élevage, en conversion des terres, en eau et en énergie. Ces choix quotidiens peuvent sembler insignifiants. Mais ils s’additionnent au fil du temps et sur une large population … On se rapproche aussi un peu du flexitarisme dont je vous avais déjà parlé.

Vous pouvez faire la différence en choisissant des aliments plus respectueux de l’environnement et en les intégrant périodiquement à votre alimentation. Plus vous le ferez, plus cela deviendra facile et plus vous ferez la différence. Voici 5 changements alimentaires intéressants pour commencer.

Des changements alimentaires pour la viande

Le premier de ces changements alimentaires concerne la viande. En remplaçant la viande par des ingrédients d’origine végétale dans un seul repas par semaine, vous réduirez votre empreinte carbone. Utilisez des haricots (ou des lentilles, du tofu, des céréales, des noix ou des substituts de viande) pour préparer un repas satisfaisant et plein de saveurs.

Des changements alimentaires pour la viande

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le bétail est responsable de près de 15 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

Les bovins, en particulier, ont besoin de grandes quantités d’aliments pour animaux ; ce qui entraîne la déforestation. Ainsi, par exemple, si tous les Américains renonçaient à la viande et au fromage un jour par semaine, cela reviendrait à retirer 7,6 millions de voitures de la circulation ; ou à ne pas parcourir 91 milliards de kilomètres.

Si vous faites partie d’un foyer de quatre personnes, remplacer la viande une fois par semaine équivaut à retirer votre voiture de la circulation pendant cinq semaines.

Des changements alimentaires pour vos poissons et fruits de mer

Ensuite, si vous mangez du poisson, il est préférable de choisir des poissons plus petits ; comme le hareng, l’anchois, le calmar, la sardine et le maquereau. C’est mieux que de manger des poissons plus gros comme le thon et le saumon ; d’élevage ou sauvage. Préférez les bivalves (huîtres, moules, palourdes) aux crevettes. Le deuxième de ces changements alimentaires n’est vraiment pas très restrictif.

Des changements alimentaires pour vos poissons et fruits de mer

Les petits poissons sont généralement capturés dans des filets qui ne sont pas traînés sur le fond de l’océan ; ce qui les rend moins destructeurs. La bioaccumulation de produits chimiques dans leur corps est réduite car ils se trouvent au bas de la chaîne alimentaire. Ce qui les rend plus sains.

Les bivalves sont extrêmement légers en carbone. Ils n’ont pas besoin de se nourrir et ils filtrent l’eau pendant leur croissance. Selon Paul Greenberg, expert en pêche, certains bivalves ont une empreinte carbone comparable à celle des légumes.

Mangez végétalien jusqu’à l’heure du dîner

En évitant les produits d’origine animale pendant la journée, vous pouvez profiter des économies de carbone associées au véganisme ; sans pour autant manquer le plus gros repas de la journée. C’est ce qu’on appelle le régime “végétalien avant 6 heures” (ou VB6).

Mangez végétalien jusqu'à l'heure du dîner

La réduction de la consommation de produits d’origine animale est l’un des moyens les plus efficaces de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Elle figure en quatrième position sur la liste des solutions climatiques établie par Project Drawdown.

Selon Jonathan Safran Foer dans “We Are the Weather : Saving the Planet Begins at Breakfast”, le fait de ne pas consommer de produits animaux au petit-déjeuner et au déjeuner réduirait votre empreinte carbone à un niveau inférieur à celui d’un végétarien à temps plein. Cela permettrait d’économiser 1,3 tonne de Co2 par an.

Manger plus de brocolis que d’asperges

L’avant dernier de ces changements alimentaire est très simple à mettre en place. Manger beaucoup de légumes est le moyen le plus écologique d’agir ; et à plus d’un titre. Mais même parmi les légumes, il y a des choix qui sont meilleurs que d’autres. Si les asperges sont excellentes avec modération, elles sont, hélas, gourmandes en eau. En fait, une étude a révélé que les asperges ont l’impact environnemental le plus élevé dans la plupart des 19 catégories d’impact que les chercheurs ont examinées.

Manger plus de brocolis que d'asperges

Alors que le brocoli, le chou-fleur et les choux de Bruxelles ont tous besoin d’environ 129 litres d’eau par 500 grammes pour pousser, les asperges nécessitent 1000 litres d’eau par 500 grammes!

En mangeant des brocolis plutôt que des asperges une fois par mois, vous réduisez votre empreinte hydrique annuelle de plus de 10000 litres d’eau. (Mais ce n’est toujours qu’une goutte d’eau par rapport au bœuf, qui nécessite presque 7000 litres d’eau pour produire 500 grammes de viande).

Des changements alimentaires pour les laitages

Enfin, le lait d’avoine est très apprécié des baristas du monde entier ; en raison de ses similitudes avec le lait de vache. Il a un goût riche et crémeux et peut être transformé en mousse pour les lattes et les cappuccinos. Personnellement, j’ai mis en place le derniers de ces changements alimentaires. Je n’ai vu aucune différence sur le goût et la texture ; qui plus est lorsque que je cuisine avec.

Des changements alimentaires pour les laitages

L’ajout de lait de vache au café double presque son empreinte carbone, de 0,28 kilogramme d’équivalent dioxyde de carbone pour un espresso à 0,55 kilogramme d’équivalent CO2 pour un café au lait.

Le lait d’amande a la plus petite empreinte carbone (0,14 kilogramme d’équivalent CO2). Mais il utilise des quantités excessives d’eau et de pesticides. Le lait d’avoine est la deuxième meilleure option en termes de carbone (0,18 kilogramme d’équivalent CO2). Mais avec son faible impact sur l’utilisation des terres et sa faible consommation d’eau, il est notre premier choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts