Comment la télévision a transformé la décoration de nos maisons ? C’est la question à laquelle je vais tenter de répondre aujourd’hui. J’enfile donc ma casquette de blogueur déco pour vous retracer toute l’histoire de cet écran qui semble aujourd’hui vivre ses dernières heures …

Depuis la démocratisation du streaming, les téléspectateurs ont eu accès à une gamme vertigineuse d’offres à la demande dans des genres, de plus en plus spécifiques. En conséquence, nous nous sommes éloignés dans le même temps des expériences de visionnage partagées des générations précédentes.

Cette diversification est aussi vraie pour les appareils que nous utilisons pour consommer des programmes télévisés que tout autre type de contenu. À divers moments de son histoire, qui dure depuis près de 100 ans, la télévision a été un meuble conçu pour correspondre à un ensemble de salon ; ainsi qu’à un équipement multimédia de haute technologie et à l’une des nombreuses fonctions d’un ordinateur ou d’un smartphone.

Bientôt, la télévision deviendra même un genre de papier peint high-tech. En janvier de cette année, LG a annoncé Signature OLED TV. C’est une nouvelle gamme de produits qui permettra aux consommateurs de dérouler un appareil sur un mur où ils le souhaitent.

lg rollable tv ces 2019

LG Rollable TV au CES 2019

La machine à coudre, la radio et la télévision

L’histoire de la place de la télévision dans nos intérieurs s’inscrit dans une histoire beaucoup plus large ; celle de l’arrivée de la technologie à la maison. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque la Singer Corporation a commencé à développer la machine à coudre en tant que produit de consommation, elle a constaté que les modèles trop industriels, c’est-à-dire qui ressemblaient trop à du matériel d’usine, ne suscitaient pas le désir des acheteurs. Singer ajouta des touches décoratives qui donnèrent aux machines le style des meubles victoriens ; avec une décoration dorée et un support délicat sculpté pour la pédale en fonte qui l’alimentait. Ainsi, pour attirer les consommateurs, la machine devait être «déguisée».

Les premiers téléviseurs disponibles dans le commerce ont également pris pour modèle un autre objet domestique : la radio. Ces dispositifs de communication de masse ont précédé la télévision. Les phonographes et les radios, comme la Credenza orthophonique Victrola du début du XXe siècle, ont dissimulé leurs rouages ​​technologiques avec un élégant meuble en noyer orné de panneaux de cuir.

 

La télévision comme meuble à part entière

Ensuite, autre exemple : la radio de table Philco typique du début des années 1930. Elle avait un extérieur en bois qui ressemblait un peu à un gratte-ciel ; ce qui conférait à l’appareil le même aspect de progrès que le nouveau skyline Art Déco.

Aussi, la «Patriot Radio» de Norman Bel Geddes, conçue pour Emerson en 1939, utilisait un plastique appelé Opalon, semblable à la Bakélite ; idéal pour ajouter des couleurs vives.

La télévision comme meuble à part entière

La Patriot Radio, conçue par Norman Bel Geddes pour Emerson Radio and Phonograph Corporation, 1940. Collection du Cooper Hewitt Smithsonian Design Museum

Les premières télévisions devaient faire plus que dissimuler leurs entrailles électroniques. Elles devaient refléter les tendances actuelles en matière de conception et design. Elles devaient également cadrer et mettre en valeur les images qu’elles transmettaient et permettre aux consommateurs de les positionner de manière à ce qu’ils puissent regarder, et pas seulement écouter.

S’il était vrai que les familles avaient tendance à se rassembler autour de la radio comme elles le faisaient autrefois autour d’un piano ou d’une cheminée crépitante dans le salon, les téléviseurs exigeaient une attention visuelle sans égale. Ils avaient également la capacité de relier les membres de la famille de différentes générations à la maison ; une préoccupation majeure de l’après-guerre.

 

De 9% à 90% en dix ans

La télévision a été omniprésente avec le boom de l’après-guerre. En 1950, 3880000 ménages américains disposaient d’un téléviseur, soit environ 9% de la population totale. Puis, en 1960, 90% des ménages en avaient au moins une. C’était l’âge d’or du marketing des objets pour tous les types de biens durables ; des voitures aux lave-vaisselle. Les spécialistes du marketing de la télévision ont d’abord eut une curieuse attitude avec leurs produits. Tandis que l’industrie automobile et les fabricants de cafetières et de tables de cuisson positionnaient leurs produits comme des éléments accessibles high-tech. Ainsi, les fabricants de téléviseurs vendaient souvent leurs appareils sous forme d’élégants meubles classiques ou contemporains.

En Europe, certains ensembles, comme le «Kuba Komet» de l’Allemagne de l’Ouest de 1957, ont eu leur moment de gloire. Le fait qu’il ait été conçu en Allemagne de l’Ouest au milieu des années 50 est frappant. En effet, un an auparavant, le jeune Dieter Rams, alors qu’il travaillait pour Braun, avait conçu un tourne-disque, le SK 4 Phonosuper. Surnommé « Snow White’s Coffin », il avait une apparence radicalement réduite par rapport aux autres tourne-disques de son époque. C’est-à-dire principalement blanc et gris, avec des panneaux en bois de couleur claire et un couvercle transparent ; mais avec un petit look spatial.

Kuba Komet, conçu par la KUBA Corporation, 1957, Wolfenbuttel, Allemagne de l'Ouest. AP

Kuba Komet, conçu par la KUBA Corporation, 1957, Wolfenbuttel, Allemagne de l’Ouest. AP

Le SK 4 n’a rien d’inessentiel. D’ailleurs, il n’a pas du tout l’air d’un meuble à l’ancienne. Tout comme son téléviseur élégant et simple FS 80 de 1964 et les innombrables autres appareils grand public qu’il a conçus pour Braun, la vision de Rams pour le SK 4 a donné l’autorisation aux objets électronique de simplement être eux-mêmes dans un environnement domestique.

 

L’arrivée de la télévision portable en 1960

Lorsque les téléviseurs portables sont arrivés sur le marché en 1960, ils avaient tendance à être conçus avec un look high-tech ; avec des boîtiers en métal plutôt qu’en bois. Mais la plupart des téléviseurs domestiques étaient entourés de bois ou de faux bois. Aussi, ils étaient proposés dans une gamme de styles allant du style moderne au style néo-colonial.

Une publicité imprimée de General Electric de 1960 proposait un nouvel ensemble de trois styles pour plaire aux consommateurs aux goûts différents. Le «Noix du Danemark» possède un boîtier extérieur géométrique, orné pour la séance photo avec une figurine d’oiseau d’art populaire.

En dessous, nous trouvons le «Colonial Lo-Boy», avec des jambes comme celles que l’on trouve sur une chaise Windsor. À gauche du Lo-Boy, l’ensemble «Provincial français» a de délicates pattes en cabriole et un extérieur en placage de cerisier. Une brochure Philco de la même année propose une gamme encore plus étendue de décors allant du country chic au moderne du milieu du siècle.

publicité télévision GE

Des conseils d’aménagement autour de la télé

Les idées de décoration de Better Homes and Gardens, publiées en 1960, offraient aux lecteurs des conseils de conception sur la manière de vivre et de concevoir autour d’une télévision. Dans une section sur la disposition des meubles, les rédacteurs écrivaient :

«Même si vous avez un système de sélection, vous voudrez probablement régler vous-même la télévision de temps à autre. Placez une chaise près de l’ensemble pour plus de confort. Faites de l’ensemble une partie intégrante et discrète de votre décoration ; l’incorporer dans un groupement. Ici, des chaises, des miroirs et des images lui tiennent compagnie. »

L’image montre le téléviseur flanqué de deux fauteuils modernes et d’une sélection de miroirs antiques accrochés au mur derrière lui. L’ensemble est installé sur le sol et, comme une table basse, supporte un bol de fruits et des objets décoratifs en laiton. Ainsi, l’idée de s’asseoir juste à côté d’un téléviseur, face à l’écran, parce que c’est «plus facile» ne ressemble pas à un conseil en design de la part d’une personne qui regarde beaucoup la télévision.

 

12 pages dans l’Encyclopédie pratique de la décoration

L’Encyclopédie pratique de la décoration et de l’amélioration de la maison, publiée en 1970, contient une section entière de 12 pages consacrée à la télévision. Elle est sous-titrée «Le bon type et la bonne taille pour vous et où les mettre.» Au début des années 1970, les solutions sont toutes architecturales ; il n’y a aucune tentative d’utiliser un téléviseur comme table basse. Les unités murales de rangement sont des endroits parfaits pour ranger un ensemble de taille moyenne ; tandis que les portes coulissantes ou pliantes d’une armoire dissimulent le téléviseur à votre guise. Il y a même une série de gravures encadrées sur un mur qui glissent pour révéler une télévision cachée.

Au milieu des années 70, il semblait que les consommateurs voulaient surtout cacher leur téléviseur ou prétendre que c’est un meuble. Mais certaines sociétés de technologie, en particulier la société japonaise JVC, ont offert aux téléspectateurs le contraire ; c’est à dire des téléviseurs lointains, des objets de design de l’ère spatiale. La «Videosphere» de JVC, commercialisée de 1970 à 1981, s’inscrit dans un mouvement plus vaste du design visant à intégrer l’esthétique de la télé à des objets de la vie quotidienne.

Television Vidéosphere fabriqué pour Victor Company of Japan, Ltd., 1970

La valse des écrans dans les années 80

Les intérieurs des années 1980 ont dû jongler avec plusieurs écrans ; les ordinateurs personnels rejoignant les téléviseurs dans les espaces domestiques. Les téléviseurs eux-mêmes sont devenus une personnification grotesque dans des récits dystopiques ; comme Videodrome (1983). Dans ce dernier, la télévision donne le pouls de la vie et appelle de manière menaçante les êtres humains. Dans Max Headroom (1984), un présentateur de journaux artificiel à l’aspect plastifié craque les blagues d’un téléviseur noir en plastique parsemé de rayures roses, jaunes et vert pâle, animant l’arrière-plan numérique derrière lui.

Mais pour la plupart des consommateurs, les télévisions ont recommencé à paraître démodés. Tandis que les écrans d’ordinateur aux couleurs d’avoine proliféraient, les téléviseurs entourés de faux bois plastique devinrent la norme. Une publicité imprimée Zenith de 1982 associe l’un de ses ensembles high-tech System 3 à une plante d’intérieur. Aussi, le boîtier du téléviseur ressemble à une version légèrement actualisée de GE des années 1960.

publicité imprimée Zenith de 1982

Publicité imprimée Zenith de 1982

En 2000, les télévisions ne se cachent plus

Avec la prolifération des téléviseurs à écran plat au début des années 2000, la pratique consistant à cacher des téléviseurs dans des armoires à portes pliantes ou même dans des armoires anciennes (pour ceux dotés d’une esthétique de Laura Ashley dans les années 1980) est devenue moins nécessaire. Aussi, au lieu de cela, le montage d’un téléviseur dans un endroit logique, comme au-dessus d’une cheminée, est devenu une caractéristique standard des intérieurs contemporains.

D’ailleurs, ironiquement moqué dans la deuxième partie de Retour dans le future en 1989, l’idée d’un téléviseur affichant des photos d’art ou des paysages sans être utilisée est devenue une réalité. C’est une conséquence naturelle de placer les téléviseurs eux-mêmes dans des endroits plus visibles de tous.

 

Le téléviseur The Frame de Samsung

Aujourd’hui, Samsung propose le téléviseur The Frame, conçu par le studio Fuseproject d’Yves Béhar. Le cadre a un paramètre appelé Art Mode dans lequel il affiche une galerie rotative d’œuvres d’art. Vous ne savez pas comment organiser des œuvres d’art pour un téléviseur ? Sachez qu’il existe un magasin d’art pour cela.

The Frame TV conçu par Fuseproject le studio Yves Béhar pour Samsung

Vous pouvez y obtenir de l’aide pour choisir des œuvres d’art à votre goût. Vous pouvez les choisir par palette de couleurs et même parcourir le catalogue d’images iconiques de Magnum Photo.

La possibilité de monter le téléviseur dans un cadre en bois et de le paramétrer pour afficher des photos personnelles fait quasiment disparaître la télévision dans votre intérieur. Un peu comme s’il n’y avait pas de téléviseur du tout ou qu’il était intelligemment dissimulé dans un meuble.

Ensuite, au milieu du XIXe siècle, les intérieurs sophistiqués regorgeaient d’objets intéressants provenant du monde entier ; de meubles richement sculptés qu’il fallait nettoyer et de papiers peints avec un motif de feuilles. Nous avons préféré le minimalisme, ou quelque chose de proche, depuis la seconde moitié du 20e siècle.

The Frame n’est pas la première collaboration de Samsung avec des designers. Le géant Coréen avait précédemment collaboré avec Ronan et Erwan Bouroullec pour créer la Serif TV. Les deux designers voulaient alors révolutionner l’idée que nous avons d’une télévision. A mi-chemin entre l’écran plat et le meuble de salon, ce produit hybride se différenciait des écrans fins et discrets alors la norme.

Samsung Serif TV Ronan et Erwan Bouroullec

LA Samsung Serif TV de Ronan et Erwan Bouroullec

La télévision comme papier-peint ?

Mais alors que la télévision se rapproche de plus en plus d’un papier peint, allons-nous canaliser nos homologues du 19ème siècle ? LG décrit sa nouvelle technologie OLED comme étant «enroulable», aussi facile à installer qu’une dalle de papier peint amovible.

Cela pourrait signifier que le téléviseur est utilisé différemment, à la fois comme portail de divertissement et écran d’art. Si et quand les ensembles enroulables deviennent monnaie courante, les gens en auront-ils plus d’un, disposés tel une galerie murale ?

Enfin, comme le Samsung Frame d’Yves Béhar, le téléviseur deviendra-t-il un moyen de regarder des œuvres artistiques et de regarder notre série préférée en streaming ? Peut-être que les options offertes par The Frame sont un signe que nous ne pouvons toujours pas décider.